Sanctions Suite à la coupe de la Ligue Midi-Pyrénées

//Sanctions Suite à la coupe de la Ligue Midi-Pyrénées

Sanctions Suite à la coupe de la Ligue Midi-Pyrénées

CONTEXTE :

Dimanche 24 février a eu lieu en Midi-Pyrénées une journée Open organisée par la Ligue Midi-Pyrénées (organisation et communication effectuée par cette Ligue, relayée par la FFP, arbitres fédéraux, etc.).

Lors de cette journée, ont été conviées diverses équipes:

La FFP a été alertée dans le courant de la semaine suivante par différentes personnes (initialement par Thomas Lievin -Capitaine des Toulouse Purple- puis Frédérick Duris -Headref-) et que des événements inappropriés s’étaient produits pendant cette journée.

Equipe Association
33 BPS ASSOCIATION 33 BPS
Toulouse Purple TOULOUSE PURPLE TROOPERS PAINTBALL
Scarface PYRENEES PAINTBALL
Pirates ASSOCIATION PIRATES PAINTBALL
Offender OMEGA PAINTBALL TOULOUSE
Dagnir Dae PAINTBALL EVASION
CS Team CLUB SPORTIF TOULOUSE PAINTBALL
Rabbitz ASSOCIATION PAINTBALL SPORTIF RABBITZ
Evilmen TACTIK PAINTBALL PARK
Piranhattack ADRENALINE PAINTBALL 81

– Thomas Lievin affirmant que l’arbitrage était partial et avoir été -ainsi que d’autres de ses joueurs- insulté par des arbitres, notamment Frédérick Duris.
Il a également proféré plusieurs accusations du même type (affirmant avoir des témoins) lors de plusieurs « Live Facebook » diffusés en public sur son profil personnel.
Un membre du comité directeur de la FFP a incité Thomas Lievin à produire des témoignages prouvant ses dires en commentaires de ses Live Facebook.

– Frédérick Duris affirmant avoir été insulté et menacé par Thomas Lievin et d’autres joueurs des Toulouse Purple.
En outre, il affirme que des joueurs de cette équipe ont contesté des décisions arbitrales en refusant de sortir du terrain.

MÉTHODOLOGIE DE RECUEIL DES FAITS :

La FFP a alors contacté directement (par mail) l’ensemble des équipes présentes ce jour-là afin de demander à recevoir des témoignages factuels des événements ayant eu lieu.
Le mail était volontairement évasif (demandant de témoigner de ce que les personnes présentes considéraient comme anormal) afin de ne pouvoir orienter les témoignages.

Il a été précisé que la FFP s’engageait à ce que ces témoignages soient anonymes à la demande des personnes.

Chaque témoignage écrit a été suivi d’une demande de confirmation de l’identité du témoin (en produisant une copie de sa licence ou CNI). La présence réelle des témoins sur les lieux a été confirmée par les éléments fournis (rapidement) par l’organisation (feuille de matchs, feuilles de rosters, liste des arbitres).

Deux représentants de la FFP (Membres du comité directeur) ont alors contacté via visioconférence les deux protagonistes principaux pour obtenir leurs versions des faits de façon plus détaillé.
Nous leur avons expliqué la démarche de recueil de témoignages et le nombre recueillit. Nous n’avons aucunement divulgué la teneur ou la tendance de ces témoignages.

Une relance a été faite en fin de semaine10 auprès des associations pour que les témoins se manifestent.

A la date de clôture du recueil des témoignages (dimanche 10 mars au soir), nous avons recueilli 14 témoignages écrits (incluant ceux de Frédérick Duris et Thomas Lievin).

Les témoignages proviennent de plusieurs groupes/équipes.

ÉTUDE DES FAITS :

A noter que dans son témoignage, Frédérick Duris admet avoir dità Thomas Lievin de « fermer sa g**** » et regretter avoir cédé à ce qu’il qualifie de provocations et insultes.
Il indique spontanément dans son témoignage « regretter de s’être emporté ». Affirmations qu’il a précisées de nouveau lors de son entretien avec les représentants de la FFP.

A noter que dans son témoignage et dans son entretien avec les représentants de la FFP, Thomas Lievin affirme « n’avoir jamais insulté personne ».

Sur les 14 témoignages, nous en avons 12 qui donnent sensiblement la même version des faits avec suffisamment de différences d’approches ou de détails pour ne pas soupçonner une collusion.

Un témoignage est à contre-courant des autres et un autre affirme surtout que l’arbitrage n’était pas au niveau et orienté

Il ressort d’un examen factuel des éléments recueillis que Thomas Lievin a insulté à plusieurs reprises les arbitres et le chef arbitre notamment en leur disant « d’aller se faire e****** » et qu’il s’agissait « d’arbitres de m**** ».

En outre, plusieurs joueurs Toulouse Purple ont effectivement refusé de suivre des consignes arbitrales en refusant de quitter le terrain.

Des menaces physiques ayant également été proférées par des membres de cette équipe à l’encontre du corps arbitral.

CONCLUSIONS :

Il ressort que M. Thomas Lievin a enfreint la Charte Éthique et le Règlement Fédéral en ayant d’une part proféré lui-même des insultes répétées à l’encontre du corps arbitral mais aussi en ayant manqué à son rôle de capitaine en ne maintenant pas la discipline au sein de son équipe.

La FFP rappelle qu’à aucun moment il n’est acceptable qu’un joueur insulte un membre du corps arbitral ou un autre joueur et que -à défaut d’un joueur clairement identifié- le capitaine est responsable du comportement des membres de son équipe.

Il ressort -de son propre aveu- que M. Frédérick Duris a manqué de calme en répondant à ces insultes et provocations ce qui est contraire à ce qui est attendu d’un chef arbitre.

SANCTIONS :

Il est donc décidé par le comité directeur de la FFP (notamment en se basant sur l’article 12.1 du règlement de Jeux) les sanctions suivantes:

– A l’égard de Frédérick DURIS : Suspension Majeure ferme d’une manche (une journée) de Ligue.
Cette suspension ayant effet immédiat.

– A l’égard de Thomas LIEVIN : Suspension Majeure de six mois ferme + six mois avec sursis.
Cette suspension ayant effet immédiat.
La période de sursis courant jusqu’à la fin de la saison 2019-2020.

Cette décision étant entérinée suite à un vote du comité directeur de la FFP par 5 voix pour et 3 contre (le reste s’abstenant).

Par | 2019-03-14T14:22:56+00:00 mars 14th, 2019|Actualités|